Le jeu vidéo, une histoire de stylo

Le jeu vidéo c’est beaucoup une histoire de stylo.

Et par « stylo », je veux dire « bite ». Enfin, le stylo, c’est une histoire de sexe, et souvent le jeu vidéo aussi.

Tant qu’il s’agit de peindre avec ses doigts plongés dans des pigments, avec un bâton enduit de suie, avec une plume taillée (lol) trempée dans l’encre, l’écriture est un acte tout à fait asexué. Par contre, quand on invente le stylo plume (Petrache Poenaru, en 1827), ça devient autre chose. La plume sergent major, ça ne suffisait plus, on passe au « réservoir » (qui fera plus tard un come-back dans le caoutchouc), puis à la « cartouche », dont la simple insertion dans le corps du stylo, déflorage d’hymen inclus, est méta-sexuel en soit (comme vous le dira tout chasseur qui se respecte).

Quand tu vois des adolescents qui s’entretuent allègrement sur le dernier FPS, tenant entre leurs mains virtuelles un énooooorme substitut pénien, « déchargeant » des rafales de plomb fondu ou de lasers énergétiques, eux aussi heureusement virtuels, tout en prétendant avoir passé la soirée précédente à entretenir des relations sexuelles avec ta mère ou celle d’untel… difficile de ne pas voir la charge symbolique de l’exercice. Déjà FPS, on dirait le son que fait ma bouche quand je jouis. J’imagine qu’il y a des gens pour qui ça fait plutôt MMORPG…

Bon, je t’entends d’ici : « c’est quoi le rapport avec la choucroute, sans déconner ? ».

Alors, certes, j’ai utilisé un stylo de type Bic pour dessiner le tout premier concept de QLRZ. Mais surtout, quand je prends un peu de recul pour analyser le contenu symbolique du jeu que je développe depuis un peu plus d’un an, le petit Freud en moi se bidonne.

Totem et tabou
Totem et tabou
Dans QLRZ, l’altérité est représentée par des météores qui te tombent sur la gueule, ce qui est déjà une perspective intéressante sur l’existence, et le joueur dispose pour se défendre de totems (Freud : « et tabous ? ROFLMAO… ») qui projettent de jolis jets d’énergie colorés.

Avoue, si c’est pas un peu une métaphore, tout ça, je sais pas ce que c’est.

Je pourrais te faire une tartine au sujet de la gymnastique combinatoire des couleurs avant relâchement de la charge énergétique, et essayer de te faire croire que c’est une introduction au tantrisme ou à la sublimation, mais bon, soyons sérieux… et voyons le bon côté des choses. C’est à dire d’une part, que Sigmund est mort, et d’autre part qu’il y a des nouilles au self à midi. Oui, des nouilles au self.

L'inventeur du #GamerGate vient de se faire pwn à Call of...
L’inventeur du #GamerGate vient de se faire pwn à Call of…

En tant que mâle, blanc, occidental, qu’est-ce que tu voulais que je fasse ? Que je me révoltâsse ? Que je subvertisse ? Oui ben, ce sera pour le prochain jeu, ok ? Ou celui d’après. D’ici là, essaie de battre mon score, pine d’huître !

Et rends moi mon stylo, il s’appelle Popaul.